Auditorium, Barentsburg, Spitsbergen | Photographie de Christian Houge en vente sur Artistics

Auditorium, Barentsburg, Spitsbergen | Photographie de Christian Houge en vente sur Artistics

<Photographie, Auditorium, Barentsburg, Spitsbergen><Photographie, Auditorium, Barentsburg, Spitsbergen, detail 1> Christian Houge - Fine Art Photography [FR-ST] ::: Artistics.com
Close
Image CAPTCHA

Enter the characters shown in the image.

Plein écran
Close
Vous êtes intéressé(e) par l'achat de cette oeuvre mais vous souhaitez la voir "en vrai" avant de prendre votre décision ? Laissez-nous vos coordonnées : nous vous contacterons dans les plus brefs délais pour organiser une visite privée de l'atelier de l'artiste
Image CAPTCHA

Enter the characters shown in the image.

Auditorium, Barentsburg, Spitsbergen
Description : Impression pigmentaire Archival
Formats disponibles
Poids : 0.5 kg2 kg
Délai de réalisation : de 8 à 15 jours

Selon la réglementation française actuelle, toute œuvre d'art en bronze ne peut être réalisée qu'au nombre maximum de 12 exemplaires, dont :

  • 8 exemplaires numérotés 1/8, 2/8 etc. en chiffres arabes.
  • 4 exemplaires, appelés "Epreuves d'Artiste" (EA), numérotés EA I/IV, EA II/IV, EA III/IV, EA IV/IV en chiffres romains.
Le nombre de points correspond au nombre de tirages défini par l’artiste.
: en bleu, les tirages disponibles à la vente, déjà coulés ou coulés sur commande.
: en rouge, les tirages déjà vendus.

Epreuves d'artistes : tirage limité à 4 exemplaires maximum, numérotés EA I/IV, EA II/IV, EA III/IV, EA IV/IV en chiffres romains.

Le nombre de points correspond au nombre de tirages défini par l’artiste.
: en bleu, les tirages disponibles à la vente, déjà coulés ou coulés sur commande.
: en rouge, les tirages déjà vendus.
900 €2 900 €
L'oeuvre est déjà présente dans votre panier. Si vous choisissez d'ajouter cette œuvre elle modifiera automatiquement la quantité. (Les différences de taux de TVA entre pays nous obligent à établir autant de factures qu'il y a de points d'expédition).
Si vous choisissez d'ajouter cette œuvre à votre panier, elle remplacera automatiquement l’œuvre qui s'y trouve déjà. (Les différences de taux de TVA entre pays nous obligent à établir autant de factures qu'il y a de points d'expédition).
Entreprises : louez cette oeuvre
Une question ?

Contacter nos experts au +33 (0) 1 40 28 92 28

Nos garanties :
  • Garantie satisfait ou remboursé (valable 14 jours dans l’UE)
  • Certificat d’authenticité signé par l’artiste
  • Paiement sécurisé
  • Assurance livraison incluse
  • Livraison par transporteur spécialisé
Mise en situation :

A propos de l'oeuvre :

Auditorium est une photographie de l'artiste norvégien Christian Houge issue de la série "Barentsburg", Spitsbergen 2000-2014.

Dimensions : 25 x 75 cm, 50 x 150 cm

Christian Houge est fasciné depuis de nombreuses années par Svalbard, un archipel arctique très faiblement peuplé. Lors de ses fréquentes visites dans ces lointaines contrées norvégiennes, il prend en photo ces étranges paysages lunaires, ces vastes étendues inhabitées. Durant son long hiver polaire, Svalbard est couvert de glace et de neige, alors que l’été, l’archipel révèle sa texture rocailleuse et peu accueillante. Houge, qui s’intéresse particulièrement à la relation entre civilisation et nature sauvage, s’est documenté sur les activités économiques et scientifiques de l’archipel, notamment ses installations  scientifiques et outils de communication, ainsi que ses communautés minières russes.

Pour plusieurs raisons, l’arrivée des colonies minières à Svalbard est le fruit des ambitions coloniales démesurées de l’Union Soviétique. Les russes, qui ont régulièrement affirmé leur possession historique de Svalbard, ont essayé d’habiter et d’exploiter ses ressources naturelles depuis les années 30. Usant de son droit d’exploration scientifique et économique de cette région du Norvège, accordé à plusieurs pays depuis le Traité de Svalbard de 1925, la Russie mis en place trois communautés minières : Grumat, Pyramid et Barentsburg. L’énergie et la confiance de la jeune Union Soviétique en ses ambitions à Svalbard est évidente, au vue de ses installations d’un centre sportif avec piscine extérieure, d’une librairie et d’un musée. Le climat rude ainsi que l’affaiblissement des ressources en charbon, assortis du déclin de l’Union Soviétique eurent raison du bon état de ces structures. La fermeture de Grumat fut suivie par celle de Pyramid. La population de Barentsburg, qui autrefois comptait presque mille habitants, a aujourd’hui chuté à environ 300 personnes. 

Les photographies de Houge de Barentsburg et Pyramid sont une étude du déclin de la culture coloniale, fonctionnant en circuit fermé, loin de ce qui avait donné à ces communautés leur identité idéologique, sociale et esthétique. Le format panoramique de ces clichés lui permet souvent d’y inclure les environs hostiles et irréels dans lesquels ces structures sont intégrées, mettant ainsi l’emphase sur leur isolement des autres, de la civilisation dominante et de ses tendances mouvantes.

La plupart des photos de Houge révèlent les tensions complexes derrière la volonté idéologique de l’Empire Soviétique, responsable de l’installation de ces complexes ainsi que de leur sinistre déclin.

Une photographie en particulier en est le bel exemple. Elle représente une peinture murale aux couleurs éclatantes, avec une explosion de lumière jaillissant d’une main tendue d’un mineur, accompagnée d’un poème écrit en gras, de type constructiviste, qui présente, de manière assez illogique, la mission de la communauté :

Le travail du mineur apporte la paix et l’énergie aux fusées spatiales.

La main du mineur travailleur offre chaleur et lumière à tous.

 

Cette image de chaleur et d’énergie, mise en scène dans un des endroits les plus froids du monde, souligne la confiance que les russes avaient en eux pour conquérir la nature. Pourtant la nature, comme on sait, est invincible, comme l’indique cet amoncellement de neige qui vient recouvrir une large partie du mur, dissimulant les images d’une machinerie minière et d’une fusée. Il est intéressant de noter que Houge, qui nous a habitué dans son travail à de vastes espaces ouverts, utilise ici le format panoramique pour donner une sensation de claustrophobie et de confusion spatiale. Le recadrage serré du cliché ôte au spectateur le confort d’un contexte, et met insiste sur le coté surréaliste de l’image et de son message.

L’ambiguïté dans la relation à l’espace, principale caractéristique de la plupart des photos de Houge de Barentsburg et Pyramid, reflète la sensation de confusion géographique souvent ressentie face à un environnement inconnu. 

Ses photographies révèlent une topographie aléatoire de Barentsburg qui semble se constituer d’immeubles isolés et de quartiers ensevelis sous la neige. L’absence de rues, d’arbres, de boutiques ou de voitures enlève à l’endroit toute caractéristique urbaine. La statue de Lénine, figure obligatoire de toute ville soviétique, semble bien seule, soutenant la sensation d’une ville gelée et sans vie.

Le silence et l’immobilité émanent de chaque photographie de Barentsburg et de Pyramid, qu’elle soit paysage, portrait d’habitants, de leur lieu de travail ou de vie. Certains paysages apparaissent comme lacérés par un fin tracé de poussière de charbon déposée sur la neige immaculée. Photographiés dans l’étrange crépuscule de l’hiver polaire, les dépôts de charbon jaillissent de l’image, formant un contraste avec les collines blanches à l’horizon.  

Contrairement à sa série Artic Techonlogy, dans laquelle les outils de communication high-tech étaient représentés sous leur meilleur jour, les photographies de Barentsburg montre la facette laide de la technologie. Dans la série Arctic Techonology, un champ d’antennes vient former un ensemble parfait et uniforme de lignes noires sur la blancheur de la neige. L’équivalent dans Barentsburg est une photo d’antennes obsolètes, faites de chutes de ferraille par les mineurs et plantées dans le toit de leurs baraquements.

En opposition avec les photographies hivernales de Barentsburg, les images de la colonie minière fermée relativement récemment et appelée Pyramid, ont été prises l’été. Le paysage dénué d’arbres est dominé par une imposante montagne qui a donné son nom à la communauté. La plupart des structures étant restées intactes, y compris les livres dans la bibliothèque, ainsi que les chaussures et vêtements des mineurs  dans leurs logements, la ville parait abandonnée. Le paysage nu des environs est ponctué par la présence des installations technologiques, qui viennent étrangement s’accorder aux couleurs et textures des montagnes avoisinantes.

Houge est de manière évidente fasciné par l’isolement géographique et temporel de cette communauté russe, qui semble avoir existé dans un espace-temps particulier, intouchable par les changements sociaux et esthétiques du monde extérieur. Ses clichés des intérieurs rendent compte d’une esthétique proche de celle des années 70, autant dans les couleurs criardes des murs, des motifs que du mobilier rustique. Il parait évident en regardant ces photographies que l’endroit est en déclin et que les structures n’ont pas été entretenues depuis des années. De manière similaire, les vêtements sont datés à Pyramid, où la mode n’avait aucune incidence. Ironiquement, plusieurs éléments de design intérieur, qui, il y a une dizaine d’années, pouvaient paraitre datés, apparaissent aujourd’hui bizarrement à la pointe de la mode. En pensant à cet attrait actuel pour le design intérieur, les photos de Houge apparaissent alors comme un reflet de la nature même de la société et de sa quête insatiable et constante de nouveautés, quitte à rechercher l’inspiration dans les modes passées.

L’immobilité et l’isolement sont fortement présents dans les portraits que fait Houge des habitants. Un homme solitaire est assis sur un banc dans une piscine couverte, entouré de carrelages verts, couleur peut-être choisie pour venir compenser avec l’absence de verdure des paysages avoisinants. Sa silhouette minuscule et nue apparait vulnérable et seul, comme un homme perdu dans une jungle. Exprimant la même immobilité, deux employés de cantine sont photographiés debout devant une pile d’assiettes. Ils fixent l’objectif de manière presque provocatrice, oublieux de leur environnement et de leur fonction.

Les mineurs apparaissent souvent dans le travail de Houge comme des silhouettes singulières, debout à coté de camions ou de machines minières. Immobiles, souvent les mains dans les poches, ils paraissent seuls et en attente. Loin de leur pays d’origine, dans un temps suspendu, ils sont pris sur le vif dans un moment d’hésitation, dans un état flottant entre aliénation et appartenance, le passé et le futur incertain. Ces clichés sont une métaphore de la nature même de leur présence à Svalbard.

BASIA SOKOLOWSKA

 

 

Auditorium, Barentsburg, Spitsbergen
Description : Impression pigmentaire Archival
Formats disponibles
Poids : 0.5 kg2 kg
Délai de réalisation : de 8 à 15 jours
Le nombre de points correspond au nombre de tirages défini par l’artiste.
: en bleu, les tirages disponibles à la vente, déjà coulés ou coulés sur commande.
: en rouge, les tirages déjà vendus.

Epreuves d'artistes : tirage limité à 4 exemplaires maximum, numérotés EA I/IV, EA II/IV, EA III/IV, EA IV/IV en chiffres romains.

Le nombre de points correspond au nombre de tirages défini par l’artiste.
: en bleu, les tirages disponibles à la vente, déjà coulés ou coulés sur commande.
: en rouge, les tirages déjà vendus.
900 €2 900 €
L'oeuvre est déjà présente dans votre panier. Si vous choisissez d'ajouter cette œuvre elle modifiera automatiquement la quantité. (Les différences de taux de TVA entre pays nous obligent à établir autant de factures qu'il y a de points d'expédition).
Si vous choisissez d'ajouter cette œuvre à votre panier, elle remplacera automatiquement l’œuvre qui s'y trouve déjà. (Les différences de taux de TVA entre pays nous obligent à établir autant de factures qu'il y a de points d'expédition).
Entreprises : louez cette oeuvre
Une question ?

Contacter nos experts au +33 (0) 1 40 28 92 28

Nos garanties :
  • Garantie satisfait ou remboursé (valable 14 jours dans l’UE)
  • Certificat d’authenticité signé par l’artiste
  • Paiement sécurisé
  • Assurance livraison incluse
  • Livraison par transporteur spécialisé
Mise en situation :
Remonter