Cécile Raynal à Paris

Cécile Raynal à Paris

06 octobre 2015

Tags:

Cécile Raynal, exposition, résidence, sculpture

Cécile Raynal : Des Ombres d’Alice au Vestibule des Pommes

De février à septembre 2015, la sculptrice Cécile Raynal a effectué une résidence au sein du département de psychiatrie de l’adolescent de l’Institut Mutualiste Montsouris, à Paris. L’exposition "Des Ombres d’Alice au Vestibule des Pommes" présente les oeuvres réalisées à cette occasion, ainsi que celles nées de sa précédente immersion au CHU de Rouen, en 2014.



L’exposition présentée à l’Institut Mutualiste Montsouris du 8 octobre 2015 au 8 janvier 2016 rassemble les oeuvres issues de deux résidences de Cécile Raynal en service de psychiatrie de l’adolescent : l’une en 2014 au CHU de Rouen, l’autre en 2015 à l’Institut Montsouris.

La pratique de la sculptrice Cécile Raynal s’exerce sur les rencontres qu’elle provoque avec les habitants des communautés qu’elle traverse, les protagonistes devenant acteurs/modèles de leurs représentations. Cette démarche l’a déjà conduit à séjourner dans un lycée, un centre de détention, une maison de retraite, un porte-conteneurs, les trois hôpitaux du CHU de Montréal… Autant de lieux de travail, d’isolement et de communautés humaines éphémères.

L’année dernière, la sculptrice a rencontré durant dix mois les adolescent(e)s de l’unité pédopsychiatrique du CHU de Rouen, menant en simultané des ateliers de pratique du modelage et du dessin avec les adolescents et son propre travail de création. Le professeur Maurice Corcos, à l’Institut Mutualiste Montsouris, s’est intéressé à ce projet et lui a proposé d’intervenir au sein du département de Psychiatrie de l'adolescent qu’il dirige. La résidence dans l’Institut Mutualiste Montsouris, réalisée de février à septembre 2015, s’inscrit donc dans le prolongement de cette première immersion dans l’espace d’hospitalisation d’adolescents, comme un chapitre deux.

 

Chapitre 1 : Les Ombres d’Alice (de janvier à juillet 2014)

De janvier à juillet 2014, Cécile Raynal a donc effectué une première résidence dans l’unité de soin pédopsychiatrique dirigée par la Professeur Priscille Gerardin au sein du CHU de Rouen. Une résidence au cours de laquelle l’artiste a associé les rencontres avec les adolescents (très majoritairement des filles) à l’univers d’Alice.

"Face aux jeunes filles anorexiques, au vide qu’elles nourrissent de leur absence de nutrition, à leur simulacre de contrôle, face à leur corps coupant, sec et si fragile, j’ai proposé très vite une échappée dans la littérature d’Alice et son pays cauchemardesque. Avec elles, j’ai relu et relié les aventures de ce personnage presque désincarné, qui rapetisse ou grandit démesurément selon les rencontres qu’elle fait avec une nourriture injonctive. Si l’anorexie vient filtrer l’angoisse chez ces patientes, Alice est venue filtrer la mienne face à elles. Dans le monde d’Alice, tout parle : animaux, objet, plantes, nourriture, tout s’anime et dérive. Les sculptures issues de ces rencontres ont associé la présence animale aux portraits, sur un mode consolant et quelquefois ironique."

Déjà exposé lors de l’exposition Traversé/es à Rouen (automne 2014), les œuvres réalisées au cours de cette résidence sont intégrées au parcours de l’exposition Des Ombres d’Alice au Vestibule des Pommes.



Chapitre 2 : Le Vestibule des Pommes (de février à septembre 2015)

La résidence dans l’espace d’hospitalisation d’adolescents de l’Institut Mutualiste Montsouris constitue comme un prolongement à l’immersion précédente.

"Durant le temps d’immersion à Montsouris, je me suis accompagnée de la pomme comme "objet" symbolique, omniprésent dans les contes et les mythes (Blanche Neige, Eve et sa culpabilité éternelle, Newton, Guillaume Tell même, Green Apple, Pâris et son jugement vengeur) et dans l’univers de Magritte. Et la proposition que j'ai faite, me semble-t-il, a de nouveau rassuré les adolescents, filles et garçons, hospitalisés. En parallèle, certaines de ces rencontres ont permis des échanges plus intimes autour de la réalisation de portraits sculptés, certains adolescents et soignants se laissant regarder durant des séquences où, tandis que je sculptais, nous abordions différents sujets de la vie, de l’art, du corps, de la représentation, de l’impossibilité de se ressembler parfois."

L'exposition :  Des Ombres d’Alice au Vestibule des Pommes

Les sculptures nées des rencontres ayant eu lieu au cours de ces deux résidences sont donc présentées tout au long d’un parcours qui mène du hall central de l’Institut Mutualiste Montsouris jusqu'au bâtiment dans lequel se situe le département de pédopsychiatrie. Au total, 35 pièces sculptées réunies en 17 installations. Figures d'adolescent(e)s et portraits de soignant(e)s côtoient des figures d'animaux, de pommes, et aussi des représentations de cuillers, fourchettes et couteaux : véhicules de la nourriture et donc à la fois outils de soin et de violence dans la vie des jeunes gens souffrant d'anorexie ou de troubles psychiques.


Informations pratiques:
Exposition du 8 octobre 2015 au 8 janvier 2016
Ouverte en libre accès, tous les jours de 9h à 20h, dans le hall de l’hôpital, le couloir des visiteurs et dans le hall du département de psychiatrie de l’adolescent et du jeune adulte.
Institut Mutualiste Montsouris 42, boulevard Jourdan – 75014 Paris
Vernissage le jeudi 8 octobre à 18h



 

 

 

Remonter