EN IMAGES: Art Paris Art Fair 2017

EN IMAGES: Art Paris Art Fair 2017

03 avril 2017

Tags:

art contemporain, art moderne, Art Paris Art Fair, artistics

Du 30 mars au 2 avril, le Grand Palais accueille, une fois de plus, la Foire Art Paris Art Fair, regroupement majeur de nombreuses galeries du monde entier qui, cette année, met l'Afrique à l'honneur.

Dans ce cadre exceptionnel, 29 pays sont représentés à travers 139 galeries qui exposent aussi bien des oeuvres d'art moderne que des artistes contemporains. D'autres mettent en avant la création émergente internationale. Sculptures, peintures, photos, installations, la diversité est de mise. les innovations, les extravagances et les créations singulières aussi.

 

 

Etant sans doute l'un des regroupements les plus importants de galeries d'art avec la FIAC, Art Paris Art Fair se distingue par son accessibilité et son esprit de découverte. Nous nous sommes donc promenés sous la nef de verre monumentale ou de grandes allées se dessinent et permettent une visite fluide et agréable. Les espaces réservés aux galeries sont aérés et les mises en scène variées. Quelques galeries se démarquent de part leurs identités, leurs collections ou avec une muséographie parfois étonnante. Ce qui offre de nombreuses surprises.

Voici un compte rendu en images de ce que nous avons pu voir et apprécier.

 

 

Gao Xingjian, Brume, 2007 (Galerie Claude Bernard)

 

Gao Xingjian est un des gros succès de Art Fair. A notre arrivée, la pluspart de ses toiles étaient déjà vendues. Artistes, écrivain et dramaturge, ce Chinois de 77 ans à remporté le prix nobel de littérature en 2000. Il réalise ses tableaux à l'encre de Chine, jouant avec le clair-obscur et tente de faire voyager qui regarde grâce à l'équilibre qui réside dans ses oeuvres entre abstraction et figuration.

 

 

Galerie Pleters - Art Fair

 

Un bel effort de composition à la galerie Guy Pleters ou l'ont peut trouver (de droite à gauche) un Niki de Saint Phalle, un Simon Hantal et un Yves Klein. 

 

 

Takehiko Sugawara (Galerie Taménaga)

 

Sugawara travaille la construction et la déconstruction de l'espace dans des toiles monumentales. C'est un véritable choc visuel. Le peintre dit vouloir, à travers sa peinture, donner à percevoir la dimension du merveilleux.

 

 

Sonja Braas, An abundance of Caution Container, 2015 (Galerie Tanit)

 

Sonja Braas travaille sur des perspectives majestueuses et dramatiques de la nature ou bien de structures très détaillées. La série dans laquelle s'inscrit cette photographie traite de la colonisation de nos vies par la peur et le sentiment résultant de la ruine imminente devenu si répandu.

 

  

Au dessus, Espace Meyer Zafra et en dessous, Galerie Paris-Beijing.

 

Certains artistes vont jusqu'à investir l'espace de manière in situ. Les cloisons deviennent des oeuvres. Dans l'Espace Meyer Zafra, on trouve une installation de Manuel Merida composée de ses cercles cinétiques, en perpétuels mouvements et remplis de sable, de pigments, de particules de bois etc. Dans la galerie Paris-Beijing, Mehmet Ali Uysal transforme le mur blanc classique en y accrochant des pinces à linge (Skin serie 3) ou en le faisant glisser (Peel serie 1).

 

 

Ilhwa KIM, Seed universe 11,  2015 (Kàlmàn Maklàry Fine arts).

 Deux artistes de Séoul, venant pourtant de deux galeries différentes, utilisent un procédé similaire assez étonnant. Ilhwa KIM découpe, colore à la main et plie des miliers de feuilles de mûrier coréen pour former des oeuvres en trois dimensions. L'oeuvre, les couleurs, les formes se transforment en fonction du point de vue. Lucio LIM utilise le même procédé à peu de choses prêt mais réalise des compositions géométriques en noir et blanc avec de l'encre de Chine. 

 

 

Lucio LIM, Story, 2017 (Gallery Tableau).

 

Remonter