PAD 2017, la foire dédiée au design

PAD 2017, la foire dédiée au design

27 mars 2017

Tags:

foire, design

Du 22 au 26 mars 2017, le Jardin des Tuileries à Paris accueille, comme chaque année, le PAD et son vaste chapiteau blanc qui a la chance d'abriter des chefs d'oeuvres des arts décoratifs et du design.

Plus de 60 galeries, de France, d'Europe et d'ailleurs, se côtoient dans une ambiance tamisée et luxueuse pour nous présenter leurs collections de pièces de design historique mais aussi contemporain, de sculptures, de bijoux ou encore de verreries et de céramiques.

 

 

Motivés par la visite de nos deux compères, Macho et Serena, sculptures de Marie Louise Sorbac recueillies pour l'occasion par la galerie Philippe Heim, nous nous sommes donc rendus au PAD. Atmosphère feutrée, moquette noire épaisse, lumières tamisées, nous nous sommes aventurés le long de ces deux allées peuplées de meubles et d'objets d'art. Loin de l'ambiance de la FIAC et de ses stands aux allures de 'white cubes' toujours très épurés, ici on recréé des espaces habités cossus.

Voici un compte rendu en images de ce que nous avons vu et apprécié. 

 

Sèvres Cité de la Céramique est présente depuis deux années consécutives au PAD de Paris et de Londres. Véritable institution, la manufacture de Sèvres promeut l'art de la céramique depuis le XVIIIème siècle. Loin d'une représentation d'un art artisanal désuet, Sèvres n'a de cesse de s'entourer de véritables artistes, émergents ou reconnus, qui offrent à cette discipline un souffle résolument contemporain: Michele de Lucchi (en bas à gauche sur la photo), Ettore Sottsass, Aldo Bakker (en bas à droite sur la photo) et bien d'autres. Fièrement intitulé "Couleurs de Sèvres", le stand de la Cité de la Céramique ne déçoit pas par l'originalité des pièces présentées et de leur installation.

   

(Ici trois céramiques du designer italien Ettore Sottsass, figure éminente du Memphis Group)

 

 

 

(A gauche la "Blue Gate Lamp" de Victoria Wilmotte; à droite la "Spring Lamp" de Mathieu Lehanneur)

Représentés par la Carpenters Workshop Gallery, ces deux artistes, exposés parmi d'autres sur le stand de la galerie au PAD, incarnent l'esprit d'un design contemporain, à la fois très sculptural, minimaliste et poétique.

 

 

("Puddle Bronze": sculpture de l'artiste néerlandais Reiner Bosch)

Exposée par la galerie Priveekollektie, cette sculpture luxueuse en bronze poli retranscrit l'action de la peinture dégoulinant et recouvrant un objet. Scène de rue, objet du quotidien, l'artiste raconte avoir été inspiré par l'un de ses voyages au Tibet à l'occasion duquel il a pu observer ce phénomène de coulure de la peinture, accentuée par l'effet du vent, le long d'objets alors complètement recouverts et transformés par cette nouvelle peau.

 

 

 

(Miroir "JC" du designer français Mathias Kiss)

Exposé par la Galerie Armel Soyer, ce miroir a été un véritable "hit" cette année sur le PAD. Photographié et instagramé des centaines de fois, avant même d'arriver sur la foire ce miroir était déjà dans nos esprits. Cet objet, ou cette sculpture murale, n'a plus rien d'un miroir... Impossible d'apercevoir son reflet. Pourtant composé uniquement de miroir, au sens du matériau, cet objet complètement déconstruit, presque cubiste voire futuriste, est finalement un bel exemple d'iconoclasme. Pourtant appelé "miroir", cet objet n'a aucune fonction, en tout cas pas celle de la réflexion, remettant ainsi en cause les principes du design et faisant de sa création un objet hybride, à la croisée des arts décoratifs et de la sculpture.

 

Remonter