02 décembre 2015

Introducing Ramon Enrich

Formé auprès de Donald Judd et de David Hockney, l’artiste catalan Ramon Enrich compose depuis plus de 20 ans de mystérieux paysages à partir d’une "grammaire personnelle de symboles et de formes simples" et d’un sens profond de la théâtralité. Ses toiles, souvent de grands formats, invitent le spectateur à un parcours plus psychologique que physique.

Nob. Acrylique sur toile, 2014.

 

Ramon Enrich appartient à cette génération d’artistes qui a choisi de reconsidérer la réalité au travers d’une figuration très construite et quelque peu métaphysique, soumise à la géométrie.

Depuis ses débuts, ses tableaux proposent un dialogue entre architecture et paysage, invitant le spectateur à une promenade visuelle au travers de grands espaces romantiques, sans fin, ponctués de jardins baroques et d’une architecture mystérieuse, aussi bien rurale qu’industrielle.

Kashba VI. Acrylique sur toile, 2014.


Construits à partir de formes simples, presque abstraites, illuminés par une lumière oblique et dépourvus de toute présence humaine, ses paysages sont plongés dans une atmosphère énigmatique. Affranchis de tout souci de réalisme, ils sont avant tout prétextes à créer des "mystères poétiques", comme des images rétiniennes absolument planes où la dimension spatiale serait gommée pour ne conserver que la plasticité des volumes. "Je synthétise et travaille l'architecture dans une conception théâtrale ironique, en trompe-l’œil" explique l’artiste. A travers l’abstraction iconique des formes, Ramon Enrich cherche à laisser voir quelque chose de caché, à "permettre des connexions sans explications". C’est sa façon de parler.

Dans ses travaux plus récents, tout en restant fidèle à ses matières, couleurs et atmosphères, il associe une grande rigueur à un plus large registre chromatique, tandis que ses compositions évoquent toujours davantage des paysages et une architecture d'origine méditerranéenne.


Typographie

"La typographie en tant qu’objet non-utilitaire possède une mystérieuse charge expressive. Parler de typographie, c’est parler d’une énigme à mi-chemin entre pragmatisme et poésie."
Pour créer ses compositions typographiques, Ramon Enrich travaille les lettres comme s'il s'agissait de sculptures. Partant de poèmes qui l’ont touché, il retire certaines lettres pour ne garder qu'un squelette, "comme la carcasse d’un animal que l’on trouve dans le désert". La dimension architecturale de la typographie devient plus importante que son sens. L'artiste compose ensuite un espace en disposant ces lettres sur un support qu'il a préalablement travaillé de manière indépendante, comme un tableau abstrait, avec son autonomie de couleurs et de formes.

ATZ, Sérigraphie et acrylique sur papier.



A propos de l’artiste :

Ramon Enrich est un artiste espagnol qui vit et travaille à Igualada, en Catalogne. Après des études à l'Ecole des Beaux Arts de Barcelone, complétées par un cursus en histoire de l'art et en arts graphiques, il décide à la fin des années 1980 de poursuivre sa formation auprès des artistes qu'il admire. Ayant obtenu une bourse d’études, il part aux Etats-Unis où il rencontre Donald Judd, Ed Ruscha, Julian Schnabel et David Hockney. A son retour en Europe, il s’établit quelque temps en France puis en Allemagne où des institutions publiques et privées font l'acquisition de ses oeuvres : Künstlerhaus Mousonturm, Giessen Museum, Museum Für Moderne Kunst Mittelhof... Aujourd'hui exposé dans le monde entier, son travail fait également partie de prestigieuses collections d'entreprises (La Caixa, Banco Santander, NH, Fundacion Telefonica, Deustche Bank, Generali Foundation) ainsi que de nombreuses collections particulières, notamment celles d'artistes et d'architectes (Norman Foster, David Hockney, Donald Judd). Il prépare actuellement une importante exposition individuelle qui sera présentée du 21 janvier au 24 avril 2016 à la Fondation Vila Casas de Barcelone.

>>> Voir sa galerie en ligne <<<

 

 

Remonter