Introducing Romain Langlois

04 juin 2014

Tags:

introducing, Romain Langlois, sculpture

Introducing Romain Langlois

À la manière d’un alchimiste, Romain Langlois change la substance des matériaux dont il s’empare et les replace sous nos yeux, ni tout à fait pareils, ni tout à fait différents. Changé en bronze, le morceau de bois qu’on avait mis au rebut reprend vie et nous interroge : Dites, que voyez-vous ?

Contenant, de Romain Langlois (bronze, 2014)

Romain Langlois n’a jamais suivi aucune formation artistique : il a tout appris par lui-même, avec patience et méthode, et autant d’exigence que la plus stricte formation académique. Pendant 10 ans, entouré de livres d’anatomie, il a sculpté des visages et des corps humains –"avec boulimie" dit-il, cherchant la maîtrise de chaque technique et de chaque savoir-faire. Capable à chaque fois de poser un regard sans complaisance sur son travail, et de recommencer jusqu’à obtenir un résultat qui le satisfasse.

L’incroyable présence de ses sculptures, ce n’est pourtant pas à ses mains qu’il l’attribue, mais aux matériaux dont elles sont faites, qui les "chargent" de leur force. Son travail ne poursuit d’ailleurs pas d’autre but que celui de "révéler l’énergie intérieure des éléments". Bronze blanc, bismuth, cristal, argent, pierre…. L’artiste semble posséder une connaissance intime de chaque matériau. "Les travailler donne une richesse de compréhension énorme" dit-il, "il y a une sensibilité qu’on a par les mains, ça échappe à la conscience".

Questionner le déchet

Depuis peu, Romain Langlois a choisi de s’intéresser aux déchets industriels : "ce qu’il y a autour de l’être humain, dans son espace le plus immédiat". Quoi de plus proche en effet que les déchets que nous produisons ? Ces rebuts qu’on ne voit plus, l’artiste veut les replacer dans le champ de notre regard, nous amener à nous interroger sur leur beauté, leur valeur, leur nature même de déchet. Quitte à se muer en alchimiste et à transmuter la matière pour lui redonner vie. C’est ainsi qu’une veille poutre se transforme en bronze et qu’une branche se couvre de calcite dans une étonnante hybridation entre le végétal et le minéral.

Redonner vie à la matière : une quête qui confine à l’obsession, mais qui s’exprime toujours avec légèreté. "Tout est en vie, tout est en mouvement, tout est en transformation. Mais la vie ne peut pas toujours se montrer dans son éclat le plus incroyable. Parfois, il faut aller la dénicher. C’est ce que je m’efforce de faire dans mes sculptures, avec de la douceur, de manière discrète : aller chercher la vie et la montrer à celui qui va les regarder."

"Qu’est-ce que je regarde ?"

Eviter le grandiloquent, ne rien imposer, simplifier l’idée au maximum pour capter l’attention du spectateur avec subtilité : grâce à une dorure, une forme inhabituelle dans les lignes de ce qui ressemble à un morceau de bois… Et une fois que le regard est capté, le faire rentrer dans la sculpture, ses lignes, ses courbes jusqu’à faire émerger cette interrogation : "qu’est-ce que je regarde ?"

Les sculptures de Romain Langlois sont comme des énigmes qui nous questionnent sur ce que l’on croit connaître. Elles nous font prendre conscience de notre environnement, mais en déplaçant notre regard, pour qu’on cesse de se placer au centre du tableau...

Ci-dessous :  Vestige (2013). Cette pièce a été réalisée aux Fontaines pétrifiantes de Saint Nectaire, en collaboration avec Monsieur Eric Papon, par cristallisation de carbonate de calcium. Ce procédé extrêmement rare, qui s’apparente à une fossilisation, permet d'obtenir en quelques mois ce que la nature aurait produit en plusieurs centaines de milliers d’années.

 Ci-dessous, quelques photos prises lors de notre visite à l'atelier de Romain Langlois.

 

 

 

Remonter