Lumi Mizutani vue par Nicolas Idier

Lumi Mizutani est attentive au monde, elle nous le rend intime, et la sensation de l’habiter avec elle, et de le voir comme au premier jour après la pluie, dans le trouble des joies naissantes. Les œuvres exposées ici ont été en grande partie réalisées au Japon où Lumi a gardé des attaches sensibles. Cependant, artiste chez elle sur Terre, elle n’appartient à aucun pays en propre, ce qui lui donne, à la manière des vagabonds célestes, libres de toute entrave, ce regard précis sur l’infiniment petit, qu’elle transforme en infiniment grand. Ajoutons-y une sensualité féminine présente dans le maniement du lavis et le moelleux du papier sur lequel prennent place ses paysages végétaux, ainsi qu’une forme de science dans la représentation exacte de la Nature, et nous plongeons dans l’univers lumineux de Lumi.

Nicolas Idier

(agrégé d'histoire, docteur en histoire de l'art chinois et chercheur associé au Centre de recherche sur l’Extrême-Orient de Paris-IV Sorbonne).

Remonter