Peinture abstraite colorée

Amateurs de couleurs vives et d’abstraction, cette sélection vous invite à découvrir quatre artistes de la galerie qui devraient retenir votre attention. Quatre artistes contemporains de quatre nationalités différentes réunis par une position commune : pour eux, les couleurs ne sont plus simplement des outils au service de la figuration. Leur combinaison, les ressources propres à chacune, l’effet qu’elles produisent sur le spectateur deviennent l’enjeu même de leur création et se traduit visuellement dans leur peinture abstraite colorée.
 
Ces artistes s’emparent de la couleur sans timidité, privilégiant souvent des teintes vives, multipliant les associations et explorant les ressources picturales propres à chaque technique, à chaque façon de les appliquer sur le support : de manière totalement précise et maîtrisée (les fines lignes parallèles d’égale épaisseur de Doris Marten) ou au contraire en laissant la place à l’imprévu, dans une perte momentanée de contrôle qui peut aussi se révéler extrêmement fertile (voir par exemple la série Dripping de Ahn Hyun-Ju). Le support même peut être l’occasion de prolonger ces explorations, d’où la diversité que vous trouverez dans cette sélection : peinture abstraite colorée sur papier, sur toile, sur aluminium, sur Alu-Dibond…
 

Peinture abstraite colorée et art contemporain

La démarche de chacun des peintres que nous vous présentons ici s’inscrit bien sûr dans le prolongement de celles des artistes qui les ont précédés depuis les années 1960 : artistes assimilés à l’Action Painting (Jackson Pollock, Robert Motherwell…), au Colorfield (Mark Rothko, Barnett Newman…) ou encore à l’art minimal (Frank Stella, Sol LeWitt…).
 
Mais l’écho que leur travail trouve dans l’œuvre de ces maîtres s’enrichit de réflexions et de recherches personnelles, comme vous pourrait le constater en parcourant quelques-unes de leurs peintures abstraites colorées.
 

Doris Marten : abstraction colorée autour de la ligne

Cette artiste contemporaine allemande tisse son œuvre autour d’un dialogue aux ressources quasi infinies : celui qu’entretiennent la ligne et la couleur. Depuis vingt ans en effet, Doris Marten travaille exclusivement ce motif – la ligne ou la bande – à travers lequel elle explore l’influence que les couleurs ont les unes sur les autres. L’artiste est particulièrement fascinée par le pouvoir de multiplication qu’ont certaines de ces associations. Deux lignes de couleurs mises côte à côte donneront l’illusion qu’il y en a une troisième. La lumière et le temps sont aussi des "matériaux" qui interviennent dans sa peinture abstraite colorée, ou plutôt dans la perception que le spectateur en a : l’impression de luminosité nait du contraste entre deux couleurs ; celle de temps est induite par la répétition même de ce motif (la ligne) qui rythme le temps de la création.
 

Ahn-Hyun-Ju : minimalisme et expérimentation

La pratique d’Ahn Hyun-Ju se situe au croisement de la peinture et de la sculpture : cette artiste sud-coréenne établie en Allemagne peint en effet sur des supports en aluminium aux formes qui s’affranchissent occasionnellement du rectangle ou du carré. Cette dimension expérimentale se retrouve au niveau des couleurs qu’elle utilise : un mélange de peinture acrylique et de pigments qui confèrent à ses tableaux des différents niveaux d’opacité ou de transparence.  Le métissage et l’hybridation sont au cœur de sa pratique comme l’attestent certains tableaux où des bandes de couleurs parfaitement définies et uniformes se. Juxtaposent à des formes plus libres, obtenues par dripping.
 

Albano : une peinture abstraite dans la réalité

Ce jeune artiste contemporain espagnol ne cesse d’interroger l’acte même de peindre, et de façon plus large, de créer des images. Dans nos sociétés saturées d’images - où celles-ci sont par conséquent dévalorisées – Albano choisit d’évoquer dans sa peinture abstraite colorée les techniques, les gestes et toutes les ressources mises à contribution par l’artiste dans le secret de son atelier pour donner naissance à l’image : d’où les résidus de peinture agrégés à ses toiles, les symboles qui évoquent les logiciels graphiques (damiers gris des images png, palettes de couleurs, croix des curseurs…), etc. Les couleurs souvent vives qu’il utilise sont à la fois le fruit de souvenirs profondément ancrés dans sa mémoire (le vert des champs de Castille) ou bien des couleurs "vues en rêve" qui surgissent sur la toile en bousculant des motifs davantage rationnalisés.
 

Ferle : un appel à la contemplation

Ferle peint ses tableaux (toujours sur toile libre, c’est-à-dire sans châssis) en projetant des encres de Chine avec un pinceau sur un support posé à même le sol. Ses toiles se composent de motifs de couleurs aux contours souvent imprécis, répétés dans une symétrie irrégulière et interrompus par un "décrochement". Sa peinture abstraire colorée, souvent de grand format, agissent sur le spectateur comme un appel à la contemplation. Pour l’historien d’art Emmanuel Dayde, « En regardant ses grandes toiles de couleurs, on est proche du trou noir, de la physique et des étoiles. »
Remonter