Statues contemporaines : le regard de trois artistes femmes

05 mars 2020

Le mot statue évoque aujourd’hui les sculptures monumentales et solennelles des places publiques, figées dans la célébration de héros dont on ignore le plus souvent les noms. Pourtant, la statuaire reste une forme de création bien vivante, engagée dans son époque, comme l’illustre l’œuvre de trois sculptrices de la galerie.

Statue contemporaine : de quoi parle-t-on ?

Pour débuter, un peu de sémantique ! Car la question nous est fréquemment posée : quelle différence fait-on entre statue et sculpture ? La statue est une catégorie de sculpture qui possède des caractéristiques précises : il s’agit d’un ouvrage tridimensionnel sculpté ou moulé en ronde bosse et représentant en entier une figure isolée (un personnage ou un animal). Les statues sont typiquement créées avec des matériaux durables comme la pierre, le bois ou le métal. La taille de la statue est similaire à la taille réelle, toutefois il existe de très petites statues, dites statuettes, ou de beaucoup plus grandes, les statues colossales ou colosses. 

Historiquement, les statues représentaient les personnages importants de la société, les dieux ou les animaux sacrés, et possédaient une sorte de fonction « publique ». Dans l’art contemporain, les œuvres choisies pour l’art public sont plutôt des sculptures ou des installations, moins restrictives que les statues en ce qui concerne le sujet ou le matériel de l’œuvre. 

Toutefois, nous souhaitons vous présenter les sculptures de trois artistes féminines qui ont des caractéristiques en commun avec les statues contemporaines.

Les statues contemporaines de Cécile Raynal

Les sculptures contemporaines de Cécile Raynal sont le résultat d’une rencontre et d’un échange entre l’artiste et son modèle, qui se déroulent souvent dans le cadre d’une résidence artistique. Les portraits, bustes ou figures entières, sont ensuite finalisés par l’artiste dans son atelier, où ils s’enrichissent souvent d’éléments qui introduisent une dimension narrative.

Certaines figures de Cécile Raynal sont des portraits en pied et peuvent donc être considérées comme des statues contemporaines. Leur taille peut même s’approcher de la taille réelle de leur modèle. La narration induite par la sculpture est toujours liée d’une façon ou d’une autre à la personne qui l’a inspirée, et l’artiste donne souvent à l’œuvre un titre qui évoque ce lien, ou le prénom du modèle. 

 

Vénus et caetera, Cécile Raynal

 

Néanmoins, le travail créatif de la sculptrice émancipe les œuvres de leurs modèles et les connote en tant que sculptures plutôt que statues. Bien plus que des portraits solennels et silencieux, ces sculptures contemporaines possèdent une vraie puissance émotionnelle et interpellent l’imagination de ceux qui les observent. 

Marine de Soos : un travail inspiré par l’étranger 

La sculptrice française Marine de Soos puise son inspiration dans ses voyages en Afrique et en Orient : scènes de la vie quotidienne, personnes ou animaux qu’elle a pu observer pendant ces voyages. A la base du processus de création, il y a donc des souvenirs, des sensations et des émotions que l’artiste souhaite transmettre et communiquer à son public. 

A l’exception de certains bustes, les œuvres de Marine de Soos représentent pour la plupart des adolescents ou des adultes saisis en mouvement : en train de marcher, de jouer ou de conduire un animal. Ces statues contemporaines nous plongent dans un univers à la fois lointain et « exotique » mais aussi dans des scènes quotidiennes que chacun aurait pu voir et vivre : un moine hindouiste en prière, des pécheurs sur leur bateau, des parents qui jouent avec leurs enfants ou encore un berger avec ses chèvres. 

 

Femme à la lanterne, Marine de Soos

 

Cette relation de distance et en même temps de proximité que les sculptures de Marine de Soos sont capables d’instaurer avec l’observateur contribue à la grande poésie qu’elles dégagent. Certaines statues contemporaines sont réalisées en taille réelle ; d’autres se rapprochent plutôt de statuettes du fait de leurs petites dimensions. Ces statues qui semblent figer des moments furtifs sont toutes réalisées en bronze, un matériel durable.  

Chésade : quand l’animal s’empare du statuaire

Alors que la figuration de Cécile Raynal et de Marine de Soos est centrée principalement sur la figure humaine, celle de l’artiste française Chésade se concentre sur le monde animalier. Son inspiration principale est l’univers marin, que la sculptrice a pu observer directement lors de ses navigations en Méditerranée. 

Les statues contemporaines animalières de Chésade, à première vue très ressemblantes à la réalité dont elles s’inspirent, sont en réalité le résultat d’un exercice artistique qui commence avec l’observation presque « anatomique » de la nature. Ce travail se poursuit à travers une phase d’esquisse, dans laquelle l’artiste retravaille le corps de l’animal en mettant en évidence un caractère qui le définit ou en y rajoutant des éléments de son imagination.

 

Ours en assemblage, Chésade

 

La sculpture Ours en assemblage par exemple nous montre un animal « déconstruit », dans lequel se devine la volonté de saisir davantage que la forme extérieure de l’animal. L’œuvre transmet les aspects de force et puissance que nous attribuons symboliquement à l’ours. Exactement comme pour Marine de Soos, le matériel que l’artiste préfère pour ses statues contemporaines est le bronze.  

 

Remonter