31 mars 2016

Tags:

exposition, Romain Langlois, sculpture

Un illusionniste aux Arts décos

Deux sculptures de Romain Langlois réalisées en collaboration avec Eric Papon aux Fontaines pétrifiantes de Saint Nectaire sont exposées jusqu’au 3 avril au Musée des Arts décoratifs de Paris. Un événement à ne pas manquer.

 



Le sculpteur Romain Langlois est l’un des 18 créateurs réunis au Musée des Arts décoratifs de Paris par l’exposition L’empreinte du geste, organisée dans le cadre des Journées Européennes des Métiers d’Art 2016.

Il y présente deux sculptures étonnantes, réalisées avec Eric Papon, l’un des derniers artisans en France et dans le monde à maîtriser les techniques de la cristallisation et de la pétrification. Les deux hommes ont entamé une collaboration en 2013, dont est notamment issue "Vestige".

"Aven" et "Cellule anthropocène" ont été réalisées aux Fontaines pétrifiantes de Saint Nectaire grâce au même procédé : un moule est placé pendant de longs mois sous la fontaine pétrifiante. La cristallisation progressive du carbonate de calcium, maîtrisée quotidiennement par l’artisan, donne peu à peu naissance aux œuvres.

    

Cellule anthropocène, de Romain Langlois et Eric Papon. Bronze et calcite, 2016. 4 épreuves d’art. L138 x l72 x h110.


Fasciné depuis longtemps par la transmutation de la matière, le sculpteur explore avec passion ce procédé surprenant, qui permet d'obtenir en quelques mois ce que la nature aurait produit en plusieurs centaines de milliers d’années. Pour ces nouvelles créations, il a expérimenté encore plus avant les propriétés du matériau en testant notamment son adhérence avec le bronze. Une tentative réussie, comme en témoigne "Cellule anthropocène".

Poursuivant une démarche initiée depuis plusieurs années, l’artiste s’empare de déchets qu’il collecte dans des décharges (ici, des morceaux de bois mis au rebut) et opère un changement de matière en même temps que de subtiles modifications : un polissage qui crée des reflets dorés ou la présence de… stalactites à l’intérieur de la pièce.

Le regard du spectateur, d’abord confondu par le mimétisme avec l’objet originel, est arrêté par ces détails incongrus. Avec délicatesse, sans rien imposer, Romain Langlois crée un questionnement sur l'interaction de l'homme avec son environnement, et pousse chacun à s’interroger sur ce qu’il choisit de regarder ou bien d’ignorer.

Aven, de Romain Langlois et Eric Papon. Calcite, 2016. Pièce unique. L63 x l39 x h50.




- - - - - - - - - - - - - - - - -

Exposition L’empreinte du geste
Du 29 mars au 3 avril 2016
Musée des Arts décoratifs - Hall des maréchaux
103, rue de Rivoli - 75001 Paris

Remonter